Accueil > Falconiformes / Accipitres / Accipitridés/

Milan noir

Milan noir : fiche descriptive

Milan noir (Milvus Migrans)

Les timbres sur ce rapace...

Noms de ce rapace :

Milan noir (Milvus Migrans)

Autre nom latin : Milvus Korschum ou Milvus Ater
Anglais : Black kite ouPariah kite
Allemand : Schwarzer milan
Espagnol : Milano negro
Italien : Nibbio nero


Chant du rapace : Milan noir

Milan noir : chant du rapace
Copyright Alberto MASI (Birdingonthe.Net)

Situation géographique

Vaste répartition dans les régions tropicales et tempérées de l'Ancien Monde.

Description Physique

Le milan à bec jaune est une sous-espèce du milan noir.
Tête blanc brunâtre striée de brun. Dessus brun sombre assez uniforme, dessous brun roux strié de noir, tirant sur le gris à la poitrine, sur le roux au bas-ventre et aux culottes. Rémiges brun noir marbrées de gris brun à la base. Rectrices brun sombres avec 8 à 10 barres brun noir indistinctes. Queue fourchue. Bec noir, cire et pattes jaunes, iris brun gris à jaune pâle. Envergure de 113 à 117 cm pour un poids de 660 à 927 g. Il paraît noir à contre-jour mais est en réalité d'un brun assez uniforme.

Population

Il niche sur les arbres élevés dans les bois, dans les escarpements rocheux. Il arrive de compter des dizaines de nids relativement proches formant des colonies. La ponte comprend 2 ou 3 oeufs arrive à terme fin avril, l'incubation dure 32 jours et les jeunes volent à 6 semaines.

Nourriture

Il joue un rôle analogue à celui des vautours en se contentant de proies mortes. Il a aussi une nette orientation aquatique (75 à 90 % de ses proies), il cueille les poissons malades ou crevés qui flottent en surface (poissons de 10 à 20 cm). Le voisinage des hommes lui est profitable (dépôts d'ordures) et il n'hésite pas à nicher en ville en Orient (mosquées et cheminées d'usines).

Comportement

C'est un excellent voilier et un animal très sociable envers ses semblables. Les jeux de la parade nuptiales consistent à s'accrocher par les pattes et se laisser tomber en tournoyant, les ailes battantes, puis de se séparer. Ou alors, de piquer ailes repliées sur le conjoint volant plus bas, et de recommencer après une figure d'évitement.