Accueil > Falconiformes / Falcones / Falconidés/

Faucon pèlerin

Faucon pèlerin : fiche descriptive

Faucon pèlerin (Falco Peregrinus)

Les timbres sur ce rapace...

Noms de ce rapace :

Faucon pèlerin (Falco Peregrinus)
Alias : Faucon de Kleimschmidt
Anglais : Peregrine falcon ouBlack-shaheen falcon
Allemand : Wanderfalke
Espagnol : Halcon comun
Italien : Falcone pellegrino


Chant du rapace : Faucon pèlerin

Faucon pèlerin : chant du rapace
Copyright Alberto MASI (Birdingonthe.Net)

Situation géographique

Il a une répartition presque mondiale et peut être considéré comme l'un des plus évolués des rapaces. En tant que prédateur, il se situe au bout de la chaîne alimentaire et subit donc intégralement les dommages dus à la pollution du milieu. Dans de nombreuses régions d'Europe et d'Amérique du Nord, ses effectifs avaient déjà diminué avant même l'emploi systématique des insecticides. On ignore presque tout de sa situation en Afrique, Asie et Australie, mais on peut supposer que sa population y est stable. Il a complètement disparu de l'est des Etats-Unis, pour la nidification, la cause résidant dans l'intoxication dont il est victime du fait des résidus chlorés des insecticides. "Il y a des centaines d'années, des milliers de couples nichaient en Europe et l'espèce était assez commune voici encore cinquante ans. Actuellement sous les effets des agents chimiques il se trouve gravement menacé et risque de disparaître d'Europe. En Norvège sa population est très réduite ; en Suède il ne reste plus qu'une dizaine de couples ; en Finlande on dénombre à peine six couples : les dix couples danois se sont réduits à un seul ; les quinze ou vingt belges ont disparus ; les quatre cents couples d'Allemagne de l'Ouest sont réduits à soixante-dix et les deux cents polonais probablement à vingt ; en Italie le contingent n'est plus que de vingt couples bien qu'un plus grand nombre survive en Sardaigne et en Sicile ; en France enfin, il n'y a plus qu'une centaine de couples. Seule l'Espagne semble avoir été épargnée par cette hécatombe ; quant à la Grande-Bretagne, elle constitue un cas unique puisque depuis 1971 les effectifs remontent après 30 ans de déclin progressif " (données des années 80).

Description Physique

Environ de la taille d'une Corneille avec une envergure variant de 85 à 110 cm, il pèse environ 1 kg. Il a les doigts longs et minces (12 cm) et des ailes en forme de faux. Il a la plante des pieds garnie de plusieurs grosses pelotes élastiques pour la capture des oiseaux glissants. Les adultes possèdent de grosses moustaches noires, le dos gris foncé et un ventre à barres denses. La femelle est nettement plus grande que le mâle. Les juvéniles possèdent des plumes brunes bordées de clair sur le dessus et ont le dessous rayé. Le duvet est blanc. En vol on aperçoit des ailes pointues, coudées et une queue terminée en coin. Il possède sur la mandibule supérieure une "dent". L'&Sa vision est non seulement parfaite devant lui mais également sur les côtés, à droite et à gauche. Il possède deux Fovéa sur sa rétine au lieu d'une seule chez l'homme. Il peut ainsi distinguer une forme de couleur évoluant sur un fond de même couleur.

Population

Il niche en terrain découvert avec des rochers abrupts, en plaine ou en montagne. On peut le voir l'hiver dans les régions champêtres avec peu d'arbres. La saison de nidification a lieu en mars-avril. Le nid est à même la pierre, dans les trous ou les creux des parois rocheuses. La couvée est de trois ou quatre oeufs densément tachés de brun. L'incubation dure 28-29 jours et l'envol à lieu vers 40 jours.

Nourriture

Il attaque en général les oiseaux aquatiques.

Comportement

C'est un migrateur partiel en octobre-décembre et février-mars. Ils ont été observés à traverser la mer Méditerranée d'un seul coup en partant d'Afrique pour arriver en France. Les ailes plaquées au corps il peut atteindre des vitesses vertigineuses (324 km/h en piqué vertical). Dès qu'il aperçoit un groupe d'oiseau, il s'élance de son perchoir dans la direction opposée du groupe et atteindra la vitesse de 75 km/h. Il augmente de vitesse et d'altitude puis se retourne lentement pour se retrouver au-dessus et derrière ses proies. Depuis le début de son envol il n'a pas perdu une seule seconde ses proies de vue. Puis il tombe sur elles par surprises et assomme une proie qu'il achèvera ensuite à terre. Mais il ne réussit pas toujours ses attaques et doit souvent s'y reprendre à plusieurs fois pour atteindre un oiseau. Deux ou trois couples de Pélerin peuvent avoir des territoires personnels qui se superposent ou s'entrecroisent sans jamais montrer d'agressivité réciproque, sauf aux alentours du gîte dont ils éloignent avec vigilance tous les intrus. Il reste le plus rapide des oiseaux au monde.