Accueil > Fauconnerie - Héraldique - Mythes > Education des oiseaux en fauconnerie

Education des oiseaux en fauconnerie

Il est très difficile d'éduquer un oiseau sur lequel on ne puisse utiliser un moyen de contrainte.

Education des oiseaux

Article de Buffon - 1770

On dompte à la vérité le naturel féroce de ces oiseaux,
par la force de l'art et des privations : on leur fait acheter leur vie par des mouvements qu'on leur commande ; chaque morceau de leur subsistance ne leur est accordé que pour un service rendu : on les attache, on les garrotte, on les affuble, on les prive même de la lumière et de toute nourriture, pour les rendre plus dépendants, plus dociles, et ajouter à leur vivacité naturelle l'impétuosité du besoin ;
mais ils servent sans attachement ;
ils demeurent captifs sans devenir domestiques ;
l'individu seul est esclave, l'espèce est toujours libre, toujours également éloignée de l'empire de l'homme.

Buffon, Histoire Naturelle - 1770

Education des oiseaux

Il est très difficile d'éduquer un oiseau sur lequel on ne puisse utiliser un moyen de contrainte.
D'après les traités anciens, on affaitait l'oiseau c'est-à-dire on l'accoutumait à l'homme. Affaiter viens de l'expression mettre au fait. Pour cela on soumettait l'oiseau à un jeûne prolongé et on le maintenait éveillé jour et nuit. On obtenait ainsi, et encore aujourd'hui, un début de soumission par épuisement (faim et fatigue).
L'oiseau était ensuit cillé : on passait un fil au travers de la paupière inférieure pour l'obliger à ne voir que vers le haut et s'habituer ainsi plus rapidement à l'homme. Ce procédé du cillage fut remplacé par le chaperon au retour des croisades.

L'affaîtage de l'autour est des plus délicats, l'oiseau étant extrêmement sauvage et d'humeur changeante. Seule une très longue patience peut l'amener à supporter le bruit et la présence des hommes. Il ne supporte pas le chaperon. C'est un oiseau de poing.

Parmi les diverses sortes de faucons et d'autours, les niais sont les meilleurs, car, comme on les prend au nid, il est beaucoup plus facile de les dresser.

Oiseaux de haut vol : faucon pèlerin, hobereau, émerillon. Ils chassent en plein vol.
Oiseaux de bas vol : autours, éperviers. Ils chassent par surprise.

La chasse du héron est peut-être une des plus intéressantes parce que le héron se défend au point de faire à son ennemi des blessures mortelles. Le vol prend ainsi un caractère de lutte.

Quelquefois un gerfaut, dans l'ardeur d'un choc, se casse la cuisse ou la patte, se froisse l'aile ou se démonte une serre pour vouloir trop avillonner son gibier.

Aigle royal

La fauconnerie utilisant le vol de l'aigle est extrêmement rare en Europe.

Les Kazakhs de Mongolie dans l'Altaï, utilisent des aigles royaux pour chasser.

Hibou grand-duc

Il existe des passionnés qui utilisent le Hibou grand-duc pour chasser les rongeurs et les lapins, voir parfois les renards.