Accueil > La Philatélie > La dentelure des timbres-poste

La dentelure des timbres-poste

La dentelure permet l'identification des émissions, de déterminer la valeur philatélique et de détacher rapidement le timbre de sa planche (là, y'a d'l'info !).

Historique de la dentelure des timbres

Avec ou sans dentelure

Les premières émissions philatéliques présentaient une bordure lisse. On découpait les timbres aux ciseaux, mais cette technique était trop lente et imprécise car provoquant trop d'imperfections.

C'est l'irlandais Henry ARCHER qui inventa, en 1847, une perforatrice capable de réaliser de petits trous sur les côtés d'une vignette. Permettant ainsi une séparation correcte, rapide et facile des timbres.
La machine fut achetée en 1854 par le gouvernement britannique, qui mit cette année là les premiers exemplaires dentelés en vente.

Les autres nations adoptèrent la dentelure en :
- Autriche en 1858,
- Allemagne en 1861,
- Italie et France en 1862,
- Belgique en 1863,
- Danemark en 1864,
- Espagne en 1865.

Cette technique se propagea dans le monde entier pour faire de la dentelure le symbole même du timbre.
En 1890, la plupart des pays cessèrent d'émettre des timbres dépourvus de dentelure.

Il peut arriver que des timbres présentent une dentelure défectueuse : ces émissions sont très appréciées par les collectionneurs.

Certains pays, comme la Suède ou les Etats-Unis, proposent aujourd'hui les mêmes séries avec ou sans dentelure, ou des timbres dentelés sur seulement deux ou trois côtés. Les timbres sont imprimés alors en longues bandes ce qui explique l'absence de dentelure sur certains côtés.

L'Autriche et la Nouvelle-Zélande sont célèbres pour la variété des dentelures appliquées à un même type de timbres. Le 'Penny rouge' de Nouvelle-Zélande possède 27 dentelures différentes de celle des premières émissions. Cela étant due à l'usure des machines utilisées.

Certaines administrations postales ont pris l'habitude de faire varier très légèrement les dentelures pour lutter contre la contrefaçon.

Les méthodes de perforation

Il existe trois méthodes de perforation :

- La perforation au peigne : l'appareil dénommé peigne est capable de perforer les trois côtés d'un timbre (et le côté supérieur du timbre placé sur la deuxième rangée. En poursuivant la perforation, on procède à celle du quatrième côté, qui devient le premier du timbre suivant.

- La méthode linéaire : consiste en la perforation d'un côté (vertical ou horizontal) d'une rangée de timbres. La feuilles est ensuite tournée de 90° pour effectuer la dentelure perpendiculaire.

- La méthode en bloc : perfore simultanément les quatre côtés du timbre et s'applique plus particulièrement aux blocs-feuillets.

Les méthodes de dentelures furent étudiées dès 1866 par le Français Antoine LEGRAND qui inventa aussi l'odontomètre (mesure de la dentelure).

Par convention, le dentelure d'un timbre est exprimée grâce au nombre de dents présentes sur 2 cm de périmètre. Une dentelure de 14 x 13 indique que le timbre possède 14 dents dans le sens horizontal et 13 dans le sens vertical.